Communiqués et dossiers de presse

Pollution atmosphérique : procédure d'information et de recommandations (19/03/15)

 
 

Un épisode de pollution atmosphérique aux particules en suspension (PM10) a été caractérisé par AIRAQ. Il s’agit d’un dépassement du seuil d’information/recommandation fixé à 50 µg/m3 en moyenne journalière sur le département de la Gironde estimé par modélisation. Ainsi, le Préfet a décidé le 19 mars mars 2015 de déclencher le premier niveau du dispositif de gestion des épisodes de pollution : la procédure d'information et de recommandations. Cette procédure est active sur l’ensemble du département de la Gironde.

Tendance/évolution : Compte tenu des prévisions météorologiques, cette situation risque de se maintenir vendredi 20 mars voire de perdurer plusieurs jours
Le préfet diffuse ainsi des recommandations sanitaires pour les populations vulnérables et sensibles et active des recommandations de réduction des émissions par secteur d’activité. Ces recommandations sont disponibles dans leur intégralité sur le site : www.airaq.asso.fr .

Recommandations sanitaires

La pollution atmosphérique peut être à l’origine de la survenue de symptômes respiratoires (toux, essoufflement, majoration des crises d’asthme...), d’irritations des yeux et de la gorge, mais peut aussi avoir des effets sur le système cardio-vasculaire. Les populations vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques) et sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution, personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux) , telles que  les sont particulièrement concernées.

Le Préfet recommande de :

 

- limiter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe ;
- limiter les activités physiques et sportives intenses autant en plein air qu’à l’intérieur ;
en cas de symptômes ou d’inquiétude, il est recommandé de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin. Pour la population générale, il n’est pas nécessaire de modifier ses activités habituelles.

Plus de précisions sur les messages sanitaires sont disponibles sur les sites internet du ministère chargé de la santé : www.sante.gouv.fr et de l'ARS Aquitaine  : www.ars.aquitaine.sante.fr .

Recommandations comportementales principales

 

Dans le secteur des transports : il est souhaitable de diminuer de 20 km/h les vitesses par rapport aux vitesses maximales autorisées sur les voiries non-urbaines (sans descendre en dessous de 70km/h), d’utiliser le covoiturage et les transports en commun, de favoriser les modes de déplacement doux, de limiter les transports routiers de transit et de livraison et réduire l'usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules.

Dans le secteur résidentiel et tertiaire : Le chauffage pouvant être une source d’émission prépondérante ; il est préférable de décaler les feux de cheminée d’agrément à l’issue de l’épisode. Il est rappelé que le brûlage (feu de jardin) des déchets verts -y compris dans des incinérateurs- est interdit sauf en cas de problème sanitaire avéré (cas de l’incinération des végétaux comportant des maladies et des bois termités)

Dans le secteur industriel : il est recommandé, sans remettre en cause la sécurité et sous réserve que les coûts induits ne soient pas disproportionnes, de réduire les émissions les rejets, de reporter le redémarrage d'unités à l'arrêt, de réduire les chantiers générateurs de poussières et de réduire l'utilisation des groupes électrogènes.

Dans le secteur agricole et forestier : il est préférable de décaler les opérations de nettoyage des silos et de reporter l’écobuage, les brûlages dirigés et les opérations de brûlages à l'air libre des résidus ou sous-produits agricoles et forestiers sauf en cas de problème sanitaire avéré (cas de l’incinération des végétaux comportant des maladies et des bois termités). Il est également souhaitable, sous réserve que les coûts induits ne soient pas disproportionnés, de décaler les épandages de fertilisants minéraux et organiques ainsi que les travaux du sol, de recourir à des procédés d’épandage faiblement émetteurs d’ammoniac et à des enfouissements rapides des effluents.