Communiqués et dossiers de presse

Mouvements sociaux et sécurisation du centre-ville de Bordeaux

 
 
Mouvements sociaux et sécurisation du centre-ville de Bordeaux

La préfète déléguée pour la défense et la sécurité, Valérie HATSCH, a réuni à la préfecture les représentants de la ville et de la métropole bordelaise ainsi que les services de l’État chargés de la sécurité et du secours aux personnes dans le cadre des manifestations attendues samedi 30 mars à Bordeaux.

Pour l’heure, aucune déclaration de manifestation de « gilets jaunes » n’a été déposée en préfecture, à l’exception du village citoyen devant la maison éco-citoyenne de Bordeaux. Comme chaque semaine, plusieurs appels circulent sur les réseaux sociaux qui invitent à se rassembler et à manifester samedi dans le centre-ville de Bordeaux.

Face à la volonté manifeste de certains groupes, violents et très déterminés, de provoquer d’importants troubles à l’ordre public et des dégradations ce samedi dans le centre ville, et de se confronter aux forces de l’ordre, le dispositif de sécurité et de secours sera renforcé afin de limiter tout risque d’atteintes aux personnes et aux biens. Dans cette perspective, un arrêté a été pris interdisant toute manifestation sur certaines voies.

Un second arrêté interdisant temporairement la vente, le transport et l’utilisation des artifices de divertissement ainsi que la vente et le transport de carburant au détail, ainsi que des acides et de tous produits inflammables ou chimiques du 29 mars 2019 à 8h00 au 1er avril à 8h00 dans tout le département.
 
Au regard des risques avérés de dégradations et de violences, la préfecture en coordination avec la ville de Bordeaux appelle les commerçants du centre-ville à prendre des mesures de précaution particulières pour cette journée de samedi. Il leur est notamment demandé de retirer tout élément extérieur pouvant faire office de projectile (tables, chaises, poubelles, présentoirs...). En cas d’agitation sur la voie publique ou de menace de troubles, il est vivement conseillé de fermer les issues et d’abaisser les moyens de protection des commerces (rideau, grille,…).

Le droit de manifester est un droit fondamental protégé par la loi qui doit cependant être concilié avec d’autres libertés essentielles comme la liberté de circulation pour tous. En cas de violation d’une décision d’interdiction de manifestation, une amende forfaitaire de 135 euros sera dressée par les forces de l’ordre (art. R644-4 du code pénal).

 
 

A lire également :