Le risque feux de forêt en Gironde et son règlement de protection de la forêt contre les incendies

 
 
Le risque feux de forêt en Gironde et son règlement de protection de la forêt contre les incendies

Avec une moyenne de près de 1000 feux par an et de 1000 hectares incendiés, la Gironde reste le premier département français en termes de nombre de départs de feux de forêt.

Ces dix dernières années ont d’ailleurs été marquées par cinq incendies de plus de 500 hectares (Lacanau en 2012, Captieux en 2014, Saint-Jean-d’Illac en 2015, Captieux en 2017 et Cissac-Médoc en 2017).
D’origine naturelle (liée à la foudre), provoqués de manière intentionnelle, ou bien résultant d’une imprudence (barbecue, mégot de cigarette, feu d’écobuage mal contrôlé, travaux…), les feux de forêt en Gironde peuvent devenir très dangereux. Face à ce risque, un règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies a été adopté en 2016.

La Gironde, département particulièrement sensible aux feux de forêt

En Gironde, la forêt couvre 520 000 hectares soit la moitié (50,2 %) de la superficie du département (Source : Observatoire NAFU). Cet ensemble forestier est essentiellement constitué de forêts privées (93 %).
Dans le département, 159 communes sont considérées comme particulièrement sensibles au risque « feu de forêt ». Elles sont classées « communes à dominante forestières » et répertoriées en annexe du règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies.
Néanmoins, la sensibilité au feu de forêt n’est pas la même partout en Gironde. Outre la forêt du massif des Landes de Gascogne proprement dite, les spécificités du département sont :
→ les forêts périurbaines, en bordure de routes et de voies ferrées (davantage exposées du fait de leur proximité des activités humaines) ;
→ les forêts dunaires du littoral, très fréquentées en été et où le relief rend difficile les interventions ;
→ les terrains militaires (où il est difficile d’intervenir notamment du fait de la présence de munitions non explosées).

Les facteurs aggravants

Les incendies en Gironde sont plus fréquents au cours du mois de mars et avril à cause de facteurs aggravants les risques :
→ l’essence résineuse des pins maritimes qui composent la forêt départementale est de nature hautement inflammable ;
→ des végétaux comme la molinie (graminée) et les fougères (dont les feuilles sont sèches en fin d’hiver) constituent un combustible pouvant propager le feu à des vitesses impressionnantes sous l’effet du vent sec d’est qui souffle au début du printemps ;
→ les sols, essentiellement sableux et très humides en hiver et au printemps (du fait de la remontée de la nappe phréatique), peuvent rendre difficiles les accès des véhicules de lutte contre les incendies ;
→ les mois d’été constituent une deuxième période sensible du fait des effets conjugués de la sécheresse et d’une faible teneur en eau des végétaux, à laquelle s’ajoute une forte fréquentation touristique des espaces.

Un règlement unique interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies

La Gironde, les Landes et le Lot-et-Garonne doivent faire face aux mêmes enjeux et aux mêmes risques concernant les feux de forêt. Face à ce constat, les préfets de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne ont harmonisé les règlementations en vigueur sur leur département pour mieux protéger la forêt contre les incendies à l’échelle du massif des Landes de Gascogne.
Dès lors, depuis le 20 avril 2016, ces trois départements disposent d’un règlement unique : le  règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies.
Ce règlement vise à mieux prévenir les incendies de forêt, à faciliter les interventions des services et à limiter les conséquences, que ce soit par le débroussaillement, la limitation de l’apport du feu ou la réglementation des activités en forêt sur les départements de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne.

Grâce à ce règlement, 5 niveaux croissants de vigilance ont été créés

→ Le vert (faible) et le jaune (moyen) sont déterminés en fonction de la période.
→ Le orange (risque élevé), le rouge (très élevé) et le noir (exceptionnel) sont déterminés par le préfet de chaque département.
En fonction de ces vigilances, le règlement présente les différentes mesures à respecter comme l’obligation générale de débroussaillement, l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts ou encore l’interdiction de fumer ou d’allumer un barbecue en période jaune, orange, rouge ou noire dans les espaces exposés des communes à dominante forestière.

Les bons gestes à adopter face au risque feux de forêt

 

 

Les documents à télécharger

→ Tenez-vous informé des consignes et alertes publiées au fil de l'eau sur le compte Twitter de la préfecture