Tous les plans de prévention des risques (PPR) en Gironde

Le plan de prévention du risque submersion marine du Bassin d’Arcachon

 
 

Index d'articles

  1. Sommaire
  2. Révision du plan de prévention du risque inondation de l’agglomération bordelaise
  3. Modification du Plan de Prévention des Risques d'Inondation (PPRi) de Blanquefort
  4. Révision des Plans de Préventions des Risques d’Inondation (PPRI) de la Garonne sur les secteurs Rions-Toulenne et Virelade-Le Tourne
  5. Révision des plans de prévention des risques d’inondation (PPRi) de la rivière « Dordogne » sur les secteurs Castillon/Pujols et Pays Foyen
  6. Le plan de prévention du risque submersion marine du Bassin d’Arcachon
  7. Révision du Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI) de la Garonne sur les secteurs de Saint Pierre d’Aurillac à La Réole
  8. Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles de mouvements de terrain sur les communes de Bayon-sur-Gironde, Bourg, Gauriac, Prignac-et-Marcamps, Saint-Seurin-de-Bourg, Tauriac et Villeneuve
  9. Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles de mouvements de terrain sur les communes de Saint-Germain-du-Puch, Croignon, Baron, Branne, Cabara, Camarsac, Espiet, Grezillac, Nérigean, Saint-Quentin-de-Baron et Daignac
  10. Plan de Prévention des Risques de mouvements de terrain sur les communes de Saint-Emilion, Saint-Laurent des Combes, Saint-Hippolyte et Saint Christophe des Bardes
  11. Plan de prévention des risques mouvements de terrain sur la commune de Latresne
  12. Plans de prévention des risques mouvements de terrain sur 16 communes du bassin de risque de Carignan-de-Bordeaux à Rions
  13. Révision du Plan de Prévention du Risque Incendie de Forêt sur la commune de Saint-Jean-d'Illac

Xynthia : les habitants surpris par la montée des eaux

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia balaye le littoral atlantique. Les villages ostréicoles de Lège-Cap-Ferret, la clinique d'Arès, les rues d'Andernos-les-Bains, les ports de Cassy et Taussat se sont réveillés, le dimanche matin, les pieds dans l'eau. Dans le Sud-Bassin, les ports gujanais ont été submergés, tandis que l'eau du Bassin flirtait avec le front de mer d'Arcachon.

La tempête Xynthia ne présentait pas de caractère exceptionnel (vitesses maximales de vent sur le littoral : 160 km/h), mais elle a été l'une des plus dévastatrices (depuis les deux tempêtes de décembre 1999) en raison de la concomitance de ce phénomène avec un fort coefficient de marée haute, se traduisant par une surcote de 1,5 m sur le littoral.

Un PPR pour prévenir le risque de submersion marine

À la suite des ravages provoqués par cette tempête sur le littoral atlantique français, le gouvernement a lancé un projet de plan de prévention des submersions marines et des crues rapides.

Ce projet de plan comprend de nombreuses actions qui vont permettre de mettre en œuvre une politique de prévention renforcée qu’il faut partager avec tous les acteurs, notamment avec les collectivités territoriales concernées.

Il repose sur 6 axes de travail :

1.  Maîtriser l’urbanisation dans les zones à risques par la mise en œuvre d’un plan de prévention du risque ;

2.  Améliorer la chaîne prévision, vigilance, alerte ;

3.  Renforcer les digues et systèmes de protection ;

4.  Organiser la maîtrise d’ouvrage des digues ;

5.  Renforcer les contrôles de sécurité des ouvrages de protection ;

6.  Améliorer la connaissance, le retour d’expérience et la culture du risque.

L’élaboration du PPR est aussi l’occasion de sensibiliser les citoyens au risque de submersion marine et de développer une véritable culture du risque qui, à terme, permettra sans doute de sauver des vies le jour où un événement surviendra.

En matière de prévention du risque par la maîtrise de l’urbanisation, le PPR permettra la mise en œuvre de règles d’urbanisme plus adaptées à la réalité du risque encouru. En effet, aujourd’hui les communes du Bassin ne prennent en compte le risque de submersion marine qu’en s’appuyant sur l’article R111-2 du Code de l’urbanisme (principe de précaution) relatif à la sécurité publique.

Des études scientifiques pour mieux appréhender le phénomène

Le Bassin d’Arcachon est directement influencé par l’océan Atlantique, que ce soit au niveau des marées, de la houle et des courants (qui évoluent également en fonction des bancs de sable). Dans le cadre de l’élaboration du PPR, des études scientifiques sont en cours afin de déterminer différentes hypothèses d’événements centennaux au large et leur propagation jusqu’à terre.

En effet, l’élaboration des plans de prévention des risques naturels se base sur un événement de référence d’un niveau a minima « centennal » (c'est-à-dire qui a une chance sur cent de se reproduire chaque année). Or il n’existe pas de documentation sur des événements passés qui auraient pu être de niveau centennal et les études montrent que le phénomène rencontré lors de Xynthia est de « gravité moyenne », avec un niveau d’occurrence inférieur au centennal.

Le bureau d’études spécialisé BRGM travaille donc à la modélisation de ce que serait un phénomène de gravité centennale sur le Bassin. Elle prendra aussi en compte l’élévation prévue du niveau de l’océan du fait du réchauffement climatique.

Dans le cadre de ces études, les digues ne seront prises en compte qu’à certaines conditions, car la tempête Xynthia l’a également montré : les digues peuvent rompre. Ce phénomène de rupture accroît d’ailleurs le danger du fait de la libération brutale des eaux (et de matériaux) derrière la digue.

Une fois ce travail de simulation réalisé – et partagé avec les autorités concernées –, l’étude d’aléa identifiera les zones les plus vulnérables sur le bassin d’Arcachon.

Consultez le document de présentation synthétique de l’étude réalisée par le BRGM.

Une concertation élargie

Les études réalisées par le BRGM et pilotées par les services de l’État (la direction départementale des territoires et de la mer de la Gironde) font l’objet d’un partage régulier avec les collectivités concernées et notamment le SIBA qui apporte sa connaissance de terrain.

Un comité de pilotage a d’ailleurs été créé, réunissant des représentants de l’État, des élus, des organisations socio-économiques et des associations.

Dans le cadre de l’élaboration du PPR, une concertation publique sera engagée, permettant aux populations concernées de s’exprimer sur le projet. Une enquête publique sera ensuite organisée, permettant une nouvelle fois à chacun de s’exprimer sur le PPR Plan de prévention des risques submersion marine.